"Out of memory" : la pré-production.

Une histoire simple et tragique d’un crime par omission, une culpabilité immédiatement reconnue par le criminel. Il ne tente pas de se soustraire à la Justice mais la tient pour impuissante et décide lui-même de l’application de la peine.

Une mémoire disjonctée, saturée, fragmentée qui affiche, comme un vieil ordinateur, le message d’erreur « out of memory » pour signifier le dépassement de ses capacités.

La forme est sèche, volontairement minimaliste, « coupée à l’os » afin d’interdire toute échappatoire au lecteur ou au spectateur. Le texte est conçu sans ponctuation, afin que l’acteur puisse à chaque représentation trouver un chemin différent, et transmettre ainsi les innombrables nuances d’une humanité tourmentée.

L’attention portée à la prosodie pendant l’écriture a été constante, afin d’obtenir un texte à la musicalité presque classique, mais portant une parole et des enjeux dramatiques résolument contemporains.

La scénographie est légère, évoque l’enfermement physique et mental du personnage, refuse le réalisme et cherche du côté de l’Expressionisme. Elle reflète également la fragilité et le déséquilibre, privilégiant la lumière plutôt que les matières. La vidéo peut être utilisée avec des images fugaces, déchirées, ou calcinées. D’une façon générale, la mise en scène doit s’effacer au profit du texte et de l’acteur, dessinant en creux le monde fragmenté -sa marchandisation, son immédiateté- du personnage avant son acte irréversible, et ses tragiques conséquences .

Le texte.
La mise en scène.

Pierre Azéma se forme au métier de la scène au Centre Pouchkine d'art dramatique et de mise en scène dirigé par Emile Salimov. Sous sa direction il interprète Gogol, Tchekhov, Boulgakov, Harms... C'est Virgil Tanase qui le distribuera ensuite dans Le Petit Prince, dans La Mouette et Feydeau-Les Bains ainsi que dans La Règle du Jeu, une adaptation théâtrale du chef d’oeuvre de Renoir au Trianon. Son interprétation d'Octave dans cette pièce sera saluée par la critique. Tout comme le seront celles du psy William dans Même si tu m’aimes mis en scène par Julien Boisselier ainsi que Gilbert dans Marie Tudor de Pascal Faber, toujours en tournée. Parallèlement il écrit et met en scène D'Artagnan! qui se joue avec succès au théâtre du Mouffetard, faisant l'unanimité auprès des enfants et des plus grands. Il renouvellera cette expérience en mettant en scène Une goutte de Schnaps d'Ida Gordon et en créant le spectacle Les Flibustiers pour le Parc Astérix. Il co-signe et joue dans sa dernière mise en scène, Jekyll & Hyde un monologue adapté de Stevenson par Pascal Salaün.

Pierre Azema.

Sa collaboration avec Olivier Nolin et Catherine Hubeau l'amène à mettre son expérience théâtrale au service de la caméra, et il tournera pour le cinéma avec Melissa Drigeard dans Jamais le premier soir (sortie début 2014), avec Charles Nemes Le Séminaire, Cyrill Gelblat Les murs porteurs ainsi que pour la télévision: KATZ , Section de recherche, PJ, Femmes de lois, Famille d’accueil, Plus belle la vie, Julie Lescaux, Rose et Val, Faites le 15, Qu’elle est belle la quarantaine... C’est sous la direction de Gatsby Etévé-Sauré qu’il créera le rôle d’Henri Marsac, un des rôles principaux de LN - La Liste Noire , la première web-série interactive.

je pourrais je peux
chercher trouver des tactiques
pour tromper la douleur
accommodements dérivatifs à la douleur
bien sûr
débrancher les synapses
expulser les souvenirs
interdire les flux nerveux
qui font les souvenirs
et même
trier les souvenirs
entretenir l’avant
oublier la brûlure du présent
immerger le fer rouge du présent
dans les eaux du souvenir
et ça fume et ça crache et ça siffle
ça projette des gouttes brûlantes
en tous sens
aurai-je assez de mémoire
pour noyer le fer rouge
dans les eaux du souvenir